25 mars 2007

texte paraphrasé sur le theme du travail dans l'oeuvre "LE PROPHETE" de GIBRAN.

L'homme qui travail la terre s'interroge sur la valeur du labeur.

L'autre réplique en disant:

Vous oeuvrez en vue d’aller de l’avant suivant l’élan  de la terre et son essence. Car  vivre à ne rien faire c’est être à l’écart des saisons et ne pas prendre place à la marche de la vie  qui progresse avec prestige et avec  fière soumission vers l’infini. Quand vous êtes en besogne, vos moments de travails prennent la forme d’une mélodie et vous l’instrument de musique. Qui d’entre  choisirait d’être une petite plante sans  mot à dire insouciante de l’appel de l’univers à l’unissions ? On n’a cessé de vous dire que le labeur est chose maudite et que l’effort est calamité. Mais moi je vous dit qu’en bossant vous concrétisez une part du rêve  de la terre  de naguère qu’elle a mis a votre compte au moment ou ce rêve a pris forme.Qu4en vous appliquant à la besogne, vous êtes en vérité dans l’amour de la vie, Et qu’affectionner la vie par le travail, permet de percer son secret le plus lointain.

Mais si vous, en votre peine , qualifiez  la naissance d’affliction et la pesanteur de la chair de malédiction    tracée sur votre front alors je répondrai que seule la sueur du travail effacera ce qui est inscrit. On vous dit aussi que votre existence est obscurités, et quand vous n’avez plus le goût des choses  vous vous faites de ce qu’on vous a inculquer. Moi je vous dis que oui la vie est obscurité à condition de manquer d’ambition. Que toute ambition  manque de clairvoyance  si elle ne va de pair avec le savoir .Que tout savoir est sans aboutissement s’il ne va de pair avec le travail. Que tout travail est vide s’il n’a à ces côtés l’amour. Et quand vous oeuvrez avec amour  vous êtes en harmonie avec vous-même avec les autres et avec Dieu.

Que veut dire travailler avec amour ?

C’est oeuvrez de tout cœur pour faire une toile  comme si elle était adressée à votre bien aimé. C’est bâtir une demeure comme si l’être aimé allait s’y loger. C’est lancer des semailles avec tendresse et récolter la moisson avec liesse, comme si l’être chéri devait déguster les fruits. C’est éterniser la trace de votre souffle sur toute chose que vous façonner. Et  avoir à l’esprit la bienveillance des personnes mortes qui vous entourent. Plus d’une fois je vous ai entendu dire comme si vous parliez en somnolant que celui qui extériorise son âme  dans la pierre en façonnant le marbre a plus de mérite que celui qui sillonne la terre. Et celui  qui s’accapare les sept couleurs afin de les parsemer sur une toile pour peindre l’homme est plus valorisé que celui qui confectionne pour nos chairs douces des souliers. »

Mais je vous dis non loin d’être endormis mais dans la clarté du midi, que le ne privilégie pas les plus faibles des brins d’herbe au détriment  des chênes géants .Que seul a du mérite celui qui  de par sa passion pour le travail utilise le vent à bon escient. Le labeur est passion rendue accessible. Et si vous ne pouvez travailler avec passion mais seulement avec dégoût il serait souhaitable de laisser votre besogne et de prendre siège face à la grande porte du monastère pour recevoir la charité de ceux qui triment dans la béatitude. Car si vous préparez  le pain avec insouciance vous préparez un pain insalubre qui ne satisfait pas toute la faim  de l’homme .Et si votre application  à presser les raisins  manque de vigueur, cette nonchalance laisse couler un poison dans le vin.

A supposé que vos lyrismes ressembleriez aux gardiens des cieux, si vous ne chérissez la mélodie vous rendez insonores et muettes les voix du jour et les voix de la nuit  aux oreilles des hommes.

Posté par chakermydriss à 23:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur texte paraphrasé sur le theme du travail dans l'oeuvre "LE PROPHETE" de GIBRAN.

  • Pas beaucoup de commentaires. Un peu plus de pub pour ton blog et choisis un bon design..

    A bientôt.

    Posté par Naim, 11 avril 2007 à 05:10 | | Répondre
  • Salut MlayDriss, chose promise, chose dûe, j'ai beaucoup aimé le contenu, mais soyons raisonnables; il a comme même raison Naîm; ton blog a bien besoin d'un peu de maquillage pour qu'il aie bonne mine, venant d'une soeur qui te veut que du bien; je suis sûre que tu prendras mon conseil au sérieux

    Posté par Charaf Souad, 18 avril 2007 à 22:11 | | Répondre
Nouveau commentaire